location velo

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VÉLOS PARTAGÉS = VÉLOS INÉQUITABLES ?

Message  joverwimp le Mar 31 Oct 2017 - 11:26

Les vélos partagés font partie du quotidien dans de nombreuses grandes villes. Mais pas nécessairement pour les classes sociales les moins favorisées. Les obstacles sont nombreux pour elles : coût de l'abonnement, carte bancaire, nécessité d'un smartphone...
En Europe, le coût d'un abonnement annuel à un système de vélos partagés varie très fort d'une ville à l'autre : 15 € à Luxembourg, 29 € à Paris, 33 € à Bruxelles et
jusqu'à 90 £ à Londres. À Montréal, c'est 89 $ et à New York 163 $. Des tarifs pas toujours démocratiques...
Un premier pas pour toucher un public moins aisé consiste à proposer un abonnement social, comme les villes de Washington et Detroit, qui le proposent à 5 $ par an à leurs allocataires sociaux. En comparaison, le pass "Vélib solidarité" est à 19 € à Paris.

Pour contourner le problème des cartes de crédit, que tout le monde ne possède pas et qui requièrent parfois une certaine somme pour la caution, il existe des formules de cartes prépayées qui donnent droit à un certain nombre de trajets à vélo.

On mentionnera, pour info, que les nouveaux systèmes de vélos partagés sans station requièrent quasiment tous un smartphone pour localiser et débloquer les vélos... soit une barrière sociale à leur utilisation. Pour la faire tomber, on teste à Seattle un système de déblocage des vélos par SMS.

On terminera sur le fait que l'inclusion sociale n'est pas faite que d'obstacles techniques et financiers, il y a souvent aussi des freins sociologiques et éducatifs à l'utilisation du vélo dans les quartiers défavorisés.
À Philadelphie, on l'a bien compris, puisque le projet Indego accompagne les minorités dans leur mise en selle. Des cours spéciaux et des balades de découverte de la ville sont organisés à cette fin. L'évolution des statistiques d'abonnement sont d'ailleurs éloquentes.
avatar
joverwimp

Messages : 1751
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 73
Localisation : Asse

Revenir en haut Aller en bas

Re: location velo

Message  joverwimp le Jeu 11 Jan 2018 - 15:41

velo-ravel.net a écrit:http://brabant-wallon.lacapitale.be/19267/article/2016-12-08/cyclo-tec-seulement-50-clients-payants#




Voici quelques jours, le ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio, se disait prêt à investir pour développer l’usage des Blue-bikes, le service de location de vélos de la SNCB. La Région dispose déjà de son propre réseau via le TEC.

«  Le Cyclo-Tec n’est pas le même genre de service. C’est un vélo pliant que l’on peut emmener dans le bus. Il permet d’effectuer au maximum trois ou quatre kilomètres depuis son domicile pour rejoindre l’arrêt le plus proche, ou quelques kilomètres depuis l’arrêt pour aller jusqu’à son travail  », précise Stéphane Thiery, directeur marketing à la SRWT (Société régionale wallonne du transport).

Lancé en mai 2010, le Cyclo-Tec n’a toujours pas rencontré son public. «  Ce n’est pas un succès  », reconnaît Stéphane Thiery. Sur les 500 vélos achetés pour un total de 312.900 euros hors TVA, seulement 50 font l’objet d’une location payante ; 200 autres sont mis gratuitement à disposition d’ambassadeurs des Cyclo-Tec : des fonctionnaires wallons, des personnes emblématiques du vélo en Wallonie ou des gagnants de concours sur la mobilité.

En 2014, la SRWT avait réuni à 60 euros le prix de l’abonnement annuel (en bus de l’abonnement bus) dans l’espoir d’attirer de nouveaux clients payants. A l’époque, elle en avait 31. «  Pour autant qu’il soit utilisé sur de courtes distances et dans un environnement sans grand dénivelé, nous n’avons jamais de retour négatif. En fait, le problème se situe au niveau des infrastructures pour les cyclistes et la sécurité sur la voie public  », souligne le porte-parole de SRWT wallon, reconnaissant que des pistes cyclables se développent depuis 2010 mais à un rythme très lent.

Pour le TEC, il n’est toutefois pas question de revendre ses 250 engins qui dorment dans leur boîte depuis des années. «  Nous voulons être prêts avec cette solution de mobilité quand le déclic se fera en faveur du vélo combiné aux transports en commun  », conclut Stéphane Thiery.

Clap de fin pour les CycloTEC ? Presque. Le concept était pourtant intéressant : allier un abonnement TEC annuel avec la mise à disposition d’un vélo pliant pour parcourir de
manière durable les distances avant et après le bus. Sauf que le projet n’a jamais rencontré son public. En cause, le modèle de vélo proposé qui n’a pas plu. D’autres invoquent l’absence de culture vélo en Wallonie. Dans les faits, les TEC vont continuer à proposer l’abonnement CycloTEC à leurs clients puisque la flotte de vélos existe, mais le projet ne connaîtra plus de développements ultérieurs.
avatar
joverwimp

Messages : 1751
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 73
Localisation : Asse

Revenir en haut Aller en bas

Re: location velo

Message  joverwimp le Jeu 11 Jan 2018 - 15:52

velo-ravel.net a écrit:Surprenant cette déclaration quand on vois que tous les blue-bike électriques ont été retirés sauf à Hasselt.

http://liege.lameuse.be/13829/article/2016-11-25/les-blue-bikes-vont-setendre-en-wallonie

La SNCB veut s'en défaire, car ce n'est pas rentable. Le gouvernement Flamand s'en chargera; quid de la Walllonie?
avatar
joverwimp

Messages : 1751
Date d'inscription : 18/07/2009
Age : 73
Localisation : Asse

Revenir en haut Aller en bas

Vélos partagés: GoBee abandonne Bruxelles

Message  velo-ravel.net le Jeu 11 Jan 2018 - 17:56

http://trends.levif.be/economie/high-tech/numerik/velos-partages-gobee-abandonne-bruxelles/article-normal-780957.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=social_tendances&utm_source=Facebook


Il n'aura pas fallu beaucoup plus que 6 mois pour que l'un des nouveaux acteurs du vélo partagé jette l'éponge à Bruxelles. La start-up GoBee dont les vélos verts étaient apparus à Uccle puis ailleurs dans notre capitale annonce la fin de son unique service belge. Raison invoquée ? Le vandalisme...

On les avait vus fleurir dès l'été passé, un peu partout dans les rues de Bruxelles. Les vélos verts partagés de la start-up GoBee étaient venus compléter la flotte de vélo en libre-service de Villo (JCDecaux) et de son concurrent O-Bike. Et ils repartiront presque aussi vite qu'ils ont surgi. En effet, la start-up française (mais née à Hong Kong) vient d'annoncer à ses utilisateurs qu'elle abandonnait le marché belge. À peine 6 mois après son lancement.

La raison invoquée ? "Ces dernières semaines, le vandalisme et les dégâts causés à notre flotte ont atteint des limites que nous ne pouvons plus surmonter", peut-on lire dans le message envoyé aux abonnés du service.

Il faut dire que le concept même de ces vélos en "free-floating" semble faciliter cet état de fait. Car le principe consiste à proposer l'usage d'un vélo qui peut être emprunté là où il se trouve (il est géolocalisé grâce au smartphone) et laissé au tout-venant, sans devoir rejoindre des bornes. Du coup, rapidement, ces vélos étaient laissés à l'abandon, déplacés ou abîmés par des utilisateurs, ou des passants, indélicats.

Le vandalisme, GoBee s'y attendait. "Nous étions tout à fait conscients que nous devrions faire face à du vandalisme. Nous étions prêts à prendre ce risque et investir nos ressources aussi bien financières qu'humaines ainsi que notre temps pour tenir le cap, pour vous offrir ce nouveau mode de mobilité" soutient la start-up dans son message d'adieu au marché belge. Il est vrai que le vandalisme et les dégradations moins volontaires constituent l'une des difficultés que rencontrent les acteurs du vélo partagé. Pourtant au moment du lancement de GoBee en Belgique, leur "boss" en minimisait l'impact. "Le vol et le vandalisme demeurent maîtrisés, rétorquait Geoffroy Marticou, General Manager de GoBee, dans les colonnes du Trends-Tendances du 9 novembre 2017. Nos algorithmes peuvent en effet détecter des comportements inhabituels. Sans oublier que l'on retrouve toujours nos vélos grâce au GPS. À ce stade, le phénomène reste très limité." Et de maintenir que le phénomène est intégré dans le business model.

À en croire GoBee, une poignée de personnes indélicates causerait bien plus de tort que prévu. "Nous avons dû affronter la triste réalité que notre vision de la mobilité n'était pas partagée par une minorité déterminée à nuire, et nous ne pouvons plus supporter ni le coût financier, ni le coût moral des réparations."

Reste que le vandalisme n'est sans doute pas la seule cause de ce départ, même plus élevé que prévu. Est-ce à dire que le service n'a pas fonctionné ? Ou, en tout cas, pas assez que pour compenser les frais liés au vandalisme ? Au moment d'écrire ces lignes, les responsables de GoBee n'ont pas donné suite à nos demandes de détails. Mais force est en effet de constater que les quelque 200 vélos verts de GoBee étaient particulièrement visibles dans nos rues, surtout dans le sud de Bruxelles... mais qu'ils restaient le plus souvent à l'arrêt
avatar
velo-ravel.net

Messages : 5751
Date d'inscription : 15/07/2009
Localisation : Mons (Ghlin)

http://www.velo-ravel.net

Revenir en haut Aller en bas

Freddy Tougaux teste les vélos partagés bruxellois

Message  velo-ravel.net le Jeu 11 Jan 2018 - 17:56

avatar
velo-ravel.net

Messages : 5751
Date d'inscription : 15/07/2009
Localisation : Mons (Ghlin)

http://www.velo-ravel.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: location velo

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum