Plan du chemin de fer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Plan du chemin de fer

Message  OliMar le Jeu 10 Nov - 20:31

le plan wallon de modernisation actuel prévoit une série de projet. VOus pouvez le télécharger actuellement sur le site :
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20111109_020

Il marque la fin du RAVeL en pratique il prévoit :

Remise en service de la L.45 de Trois- Ponts à Malmedy.


Les pôles de Stavelot et Malmedy ne sont plus desservis par le chemin de fer. Cette proposition
consiste dès lors à rétablir l'ancienne ligne 45 de Malmedy à Trois-Ponts, où des
correspondances avec la ligne 42 seraient organisées. L’exploitation sur cette ligne 45 serait
réalisée dans un mode « Light-train » performant et attractif.


Remise en service L.86 entre Blaton et Renaix.

La ligne 86 est actuellement une ligne en impasse aboutissant en gare de Renaix. Elle pourrait
cependant être prolongée vers Leuze (correspondance avec la ligne 94) et Blaton
(correspondance avec la ligne 78) moyennant la remise en service de ces tronçons. Elle offrirait
ainsi un maillage complémentaire intéressant du réseau. L’exploitation sur cette ligne 86 serait
réalisée dans un mode « Light-train » performant et attractif. Son potentiel de clientèle est
cependant faible. Pour les marchandises, ce projet permettrait de desservir de nouveau l'usine
d'engrais de Frasnes-lez-Anvaing, qui était autrefois raccordée au rail.

Remise en service de la L.115 entre Brainel'Alleud et Tubize.

Ce projet s'inscrit dans la volonté de recréer des liaisons est-ouest performantes entre les
principaux pôles du Brabant wallon, en remettant en service d'anciennes lignes. L'ancienne ligne
115 permettrait ainsi de relier les agglomérations de Tubize, Braine-le-Château et Braine-l'Alleud.
Elle offrirait ainsi un maillage intéressant du réseau (correspondances vers les lignes 96 et 124).
Notons que le réseau routier est saturé sur le même corridor, et que les services du TEC pâtissent
de cette congestion. Au niveau technique, ce projet ne présente pas de difficulté particulière, si ce
n'est à Braine-l'Alleud où un raccord avec la ligne 124 est désormais difficile à envisager (un
parking ayant été réalisé sur les emprises de l'ancienne ligne 115). Pour contourner cette
difficulté, l'aménagement d'un terminus spécifique à la ligne 115, au plus près des quais de la gare
de Braine-l'Alleud, est proposé. L’exploitation serait assurée dans un mode « Light-train » attractif
et performant. Le potentiel voyageur est assez important dans le contexte d'une ancienne ligne.


Remise en service L.123 entre Enghien et Braine-le-Comte.

Ce projet s'inscrit dans la volonté de recréer des liaisons est-ouest performante entre les
principaux pôles du Brabant wallon. La remise en service de la ligne 123 permettrait ainsi de relier
les gares existantes d'Enghien et de Braine-le-Comte. Aucun pôle intermédiaire n'est cependant
situé entre ces deux localités. Le potentiel voyageurs apparaît assez faible. Le potentiel
marchandise également (pentes importantes).


Remise en service de la L.97 entre Quiévrain et la frontière française (liaison Mons - Valenciennes)

Il manque environ 2 km de voie, dont +/- 800 m en Belgique, pour permettre de reconnecter les
réseaux belges et français et rétablir ainsi la liaison Mons et Valenciennes. Ce projet a tout
d'abord un intérêt important pour les trafics marchandises. En effet, il existe plusieurs industriels
importants (Toyota, Arcelor, etc.) qui sont embranchés au rail côté français. L'ouverture d'une
liaison directe vers la Belgique permettrait de gagner du temps et d'éviter le passage par le noeud
de Lille qui est saturé. A plus long terme, l'itinéraire par la ligne 97 dispose d'un excellent profil en
long très favorable aux trains de marchandises lourds. Il pourrait donc accueillir également des
convois en transit et évoluer vers une fonction de corridor. Ces nouveaux trafics permettraient de
renforcer l'activité marchandises en Wallonie, notamment en gare de Saint-Ghislain, et de
pérenniser la ligne 97, terminant actuellement en impasse à Quiévrain. La réouverture de cette
liaison permettrait également d'augmenter l'attractivité de la zone Saint-Ghislain, Tertre, Ghlin,
Baudour, zones industrielles potentiellement trimodales et disposant de réserves foncières. Pour
les voyageurs, l'intérêt de cette liaison dépend des choix politiques qui seront opérés en France
(train ou tram). Dans les deux hypothèses, il est indispensable de permettre la liaison entre
Valenciennes et Mons, au besoin avec une correspondance à Quiévrain entre le tram provenant
de Valenciennes et le train provenant de Mons.

Remise en service de la L.141 entre Nivelles et Court-St-

Ce projet s'inscrit dans la volonté de recréer des liaisons est-ouest performantes entre les
principaux pôles du Brabant wallon. La remise en service de la ligne 141 permettrait ainsi de relier
Nivelles, Ottignies, Wavre et Basse-Wavre. D'autres localités intermédiaires seraient également
desservies (Genappe, Court-Saint-Etienne). Plusieurs études ont conclu à l'intérêt d'une telle
liaison. La SNCB est également favorable à cette réouverture. Il faut proposer une offre attractive
et performante, et exploiter cette ligne sous une forme de "Light-train" (train léger et performant,
exploitation à un seul agent, cadencement à la demi-heure, correspondances attractives, etc.). La
réouverture de cette liaison imposerait cependant des aménagements entre Baulers et Nivelles.
Elle induirait également un surplus de trafic en gare de Nivelles. Or les études de capacité du
RER avaient déjà démontré la saturation prévisible du terminus RER de Nivelles. Pour ces
raisons, on associe à ce projet la possibilité de créer à Nivelles-Sud un terminus de délestage du
RER. De cette façon, on offre également une desserte de cette importante zone d'activités
économiques.


Réouverture de la L.141 entre Manage et Nivelles.

Ce projet prévoit la remise en service de la ligne 141 entre Nivelles et Manage, ce qui permettrait
d’améliorer les liaisons entre la région du Centre et le Brabant wallon. Cette remise en service
s'effectuerait dans un mode "Light-train" performant. Elle se heurte cependant à des difficultés
techniques à Nivelles où il serait très difficile que les trains provenant de Manage puissent
accéder à la gare. Pour contourner cette contrainte, on peut opter pour un terminus dédié aux
services provenant de Manage implanté sur l’assiette de la ligne 141 au plus près de l’accès au
couloir sous-voie de la gare de Nivelles. En outre, à Seneffe l'ancien tracé est occupé par des
développements urbanistiques ce qui pose une contrainte majeure et génèrerait des surcoûts
conséquents

Réouverture de la L.154 entre Dinant et Givet.

Ce projet consiste à rétablir la liaison Dinant-Givet, avec pour les voyageurs une exploitation
attractive de type "Light-train". Cette réouverture est à envisager dans une optique de ligne
régionale, avec des services Dinant - Givet, et des correspondances à Givet vers Charleville. Le
potentiel international de cette ligne est en effet très faible. Il existe en revanche un potentiel local
modéré. Pour les marchandises, quelques acteurs locaux (carriers et Port de Givet) pourraient
être intéressés par cette liaison. Il ne s'agirait nullement toutefois d'un rôle international de
corridor, les limitations infrastructurelles côté français excluant cette hypothèse. Il importe de ne
pas fixer la frontière d'exploitation à Heer-Agimont comme autrefois, mais bien en gare de Givet,
afin d'éviter tous les inconvénients découlant d'une exploitation sur deux pays différents.



Réouverture de la L.163 entre Libramont et Bastogne.

Le pôle de Bastogne n'est plus relié au chemin de fer depuis la fermeture de la ligne 163. Ce
projet consiste à rétablir la liaison vers Libramont. L'assiette est préservée, et le projet ne présente
dès lors pas de difficulté technique particulière. Il doit être abordé dans une philosophie "Lighttrain".
La question cruciale est ici liée à la pertinence économique d'exploiter cette liaison par le
rail. Le potentiel apparaît en effet très faible, et les conditions défavorables au rail (aucun pôle
intermédiaire entre Bastogne et Libramont, route nationale et autoroute dans le même corridor,
etc.). Il s'agit également de s'interroger si Libramont est une destination intéressante, où s'il ne
vaut pas mieux privilégier Luxembourg (voir ci-dessous).

Réouverture de la L.164 entre Bastogne et la frontière luxembourgeoise (liaison Bastogne –
Wiltz).

Le pôle de Bastogne n'est plus relié au chemin de fer depuis la fermeture de la ligne 163. Les
Chemins de fer luxembourgeois exploitent cependant une ligne jusqu'à Wiltz, à quelques
kilomètres de la frontière belge. Entre Wiltz et Bastogne il existe l'ancienne ligne 164, transformée
en RAVeL. Ce projet consisterait à rétablir le tronçon Wiltz - Bastogne et à y prolonger les
services des CFL actuellement en terminus à Wiltz. On offrirait ainsi aux bastognards un service
attractif vers les pôles d'emplois luxembourgeois pour un coût raisonnable.

OliMar

Messages : 93
Date d'inscription : 22/07/2009
Localisation : spa

http://www.velo-ravel.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum